Concevoir un site comme celui-ci avec WordPress.com
Commencer

Labyrinthes de Franck Thilliez

FLEUVE EDITIONS

Après « le manuscrit inachevé » et « il était deux fois » pour lesquels j’avais eu un coup de cœur, il était impensable pour moi de passer à côté de « labyrinthes » de Franck Thilliez qui nous promettait de répondre à certaines questions restaient sans réponse dans les précédents.

Une jeune femme est suspectée de meurtre après avoir été découverte près d’un cadavre. Camille Nijinski, l’enquêtrice en charge de l’enquête n’est pas au bout de ses peines quand elle découvre que cette femme anonyme est devenue amnésique suite au choc. Heureusement, avant de tout oublier, elle a raconté ce qui est arrivé à son psychiatre, qui va conter à Camille, une histoire incroyable.

Pouvant être lu en one-shot mais je vous conseillerais quand même de les lire dans l’ordre, afin de ne pas vous faire spoiler les précédents et de retrouver certains personnages.

Cette fois encore, l’auteur aborde des thèmes qui lui sont chers : la mémoire, les maladies mentales et la violence dont sont capables les Hommes.

Une intrigue où les personnages ainsi que les lecteurs essaient de démêler le vrai du faux : un vrai casse-tête puisque nous suivons plusieurs personnages qui n’ont à première vue, aucun rapport. Mais vous vous doutez bien que l’auteur arrive à faire en sorte que toutes ces histoires se rejoignent et pour ma part, le twist final m’a ébahie. Pourtant connaissant Franck Thilliez, j’avais réussi à comprendre quelques ficelles, j’étais d’ailleurs assez fière… Mais j’ai compris au dénouement, que ce n’est pas demain la veille que je réussirais à deviner ses scénarios tordus.

Toujours aussi addictif, il m’a été difficile de poser ce roman. Certaines scènes sont violentes mais l’auteur comme à son habitude n’a pas besoin de tomber dans l’excès pour qu’elles en deviennent marquantes. En découvrant ce roman, vous passerez de surprises en surprises car rien n’est jamais comme il y paraît.

Un bouquin qui porte extrêmement bien son titre, puisque nous sommes baladés dans un dédale de lieux et de personnages. Un roman choral que je conseillerais de lire au calme car il serait facile de se perdre.

 Un rythme puissant qui ne faiblit jamais et une angoisse qui monte crescendo jusqu’au dénouement qui est diabolique.

En résumé, c’est un coup de cœur renouvelé pour ce troisième opus qui a réussi comme les précédents à me retourner le cerveau.

Résumé:

Une scène de pure folie dans un chalet. Une victime au visage réduit en bouillie à coups de tisonnier. Et une suspecte atteinte d’une étrange amnésie. Camille Nijinski, en charge de l’enquête, a besoin de comprendre cette subite perte de mémoire, mais le psychiatre avec lequel elle s’entretient a bien plus à lui apprendre. Car avant de tout oublier, sa patiente lui a confié son histoire. Une histoire longue et complexe. Sans doute la plus extraordinaire que Camille entendra de toute sa carrière…

 » Tout d’abord, mademoiselle Nijinski, vous devez savoir qu’il y a cinq protagonistes. Toutes des femmes. Écrivez, c’est important : « la journaliste’, « la psychiatre’, « la kidnappée’, « la romancière’… Et concentrez-vous, parce que cette histoire est un vrai labyrinthe où tout s’entremêle. Quant à cette cinquième personne, elle est le fil dans le dédale qui, j’en suis sûr, apportera les réponses à toutes vos questions. « 

Un avis sur « Labyrinthes de Franck Thilliez »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :